Ce week-end fût un week-end cauchemardesque pour tout amateur de rugby... et je partage ma vie avec l'un d'entre eux! Non pas un amateur du dimanche qui ne suit les match que quand la France arrive dans les phases finales d'un grand tournoi ! Non! Non! un vrai, un pur et dur qui a pratiqué pendant plus de dix ans. Un de ceux qui est capable de s'enthousiasmer pour un match de deuxième division comme si sa vie en dépendait, un de ceux qui commence à avoir des maux de ventre 2 jours avant tout match décisif, un de ceux à qui il n'est même pas la peine d'essayer d'adresser la parole pendant un match : il n'entend pas ! un de ceux qui est capable d'expliquer inlassablement les règles du rugby pendant des années à quelqu'un qui n'y comprend (et, j'en ai peur, n'y comprendra jamais) rien (moi !) et ce toujours avec la même passion, un de ceux qui peut parler de la beauté de ce jeux collectif par excellence (ce sont ces thermes !) pendant des heures et des heures sans jamais se lasser (contrairement à son auditoire!).
Et oui, ce fût bel et bien un week-end cauchemardesque ! il fallait voir sa mine déconfite, il fallait entendre ses hordes sauvages d'insultes (dont certaines j'ignorais jusqu'alors l'existence même!). Il a passé ces deux derniers jour à répéter : "mais c'est pas vrai! mais c'est pas possible!" et bien d'autres choses que je n'oserais pas écrire.
Ce fût, comme vous le voyez, très joyeux ! Alors pour essayer de calmer le fauve ( je suis d'une nature optimiste!) j'ai décidé de le nourrir substantiellement avec un plat de pâtes fraîches car monsieur adore les pâtes. Bon, ça a marché le temps du repas qu'il a dévorer avec le sourire (c'est déjà ça!) mais 2 heures plus tard c'était reparti pour une flopée de "mais c'est pas possible!..."

Voici la recette de pâtes fraîches de petit épeautre qui a calmé le rugbyman enragé pendant 2 heures :

                                                             p_tes_fra_ches_de_petit__peautre_aux_herbes_


Ingrédients pour 2 personnes :

Pour les pâtes :

  • 200 gr de farine de petit épeautre
  • 2 oeufs

Pour la sauce :

  • 80 gr de pousses d'épinards
  • 1 petite poignée de feuilles de sauge
  • 1 grosse poignée de feuilles de basilic
  • 1 grosse poignée de feuilles de menthe
  • 3 petites gousses d'ail
  • 3 c.à s. d'huile d'olive
  • sel
  • piment d'Espelette
  • une poignée de noix de cajou

Faire griller les noix de cajou au four et réserver (environ 20 min à 150°)
Faire la sauce : verser dans une casserole à fond épais l'huile d'olive, les pousses d'épinards, les feuilles de sauge et l'ail finement émincés. Faire revenir à feu doux et à couvert pendant environ 15 min puis réserver.
Émincer finement les feuilles de basilic et de menthe et réserver.
Préparer les pâtes : verser la farine dans une jatte. Faire un trou au milieu et y ajouter les oeufs. Mélanger avec les mains jusqu'à obtenir une pâte homogène puis bien la malaxer et l'étirer jusqu'à ce qu'elle devienne souple et lisse. Fariner le plan de travail et étaler la pâte à l'aide d'un rouleau. Découper ensuite des morceaux de pâte à la forme choisie et les réserver sur une feuille de papier sulfurisé sans les faire se chevaucher pour qu'ils ne collent pas les uns aux autres.
Aussitôt les pâtes préparées, porter à ébullition une grande casserole d'eau. La saler et y ajouter les pâtes. Couvrir et porter à nouveau à ébullition, puis bien mélanger et laisser cuire pendant quelques minutes (le temps de cuisson dépend évidemment de l'épaisseur et de la forme des pâtes, ici pour des pâtes d'1 mm d'épaisseur et 1 cm de large il m'a fallu 8 min pour les cuire).
Pendant ce temps, faire chauffer la casserole avec les épinards et y incorporer les feuilles de basilic et de menthe. Saler et ajouter un pincée de piment d'Espelette.
Une fois les pâtes cuites, les verser dans une passoire puis les mettre dans la casserole avec la sauce. Bien mélanger et servir aussitôt. Arroser d'un filet d'huile d'olive, ajouter quelques feuilles de basilic et de menthe et quelques noix de cajou grillées.